Par 27 avril 2020

Soutien à la mobilisation des gymnasien-ne-s

Communiqué de soutien à la mobilisation des gymnasien-ne-s pour l’annulation des examens

La question des examens est d’une actualité brûlante, dans toutes les filières et à tous les niveaux de formation. Les mesures annoncées à ce jour varient toutefois selon les cursus. La formation tertiaire se distingue notamment par sa volonté de maintenir à tout prix les processus évaluatifs et certificatifs : on peine franchement à voir la logique pédagogique d’un tel état d’esprit.

La mobilisation des étudiant-e-s pour des solutions réalistes, viables et équitables s’organise toutefois.

Il y a quelques jours, des gymnasien-ne-s vaudois-es lançaient une pétition de portée nationale pour l’annulation des examens de maturité et la suppression de la « double compensation ». Les arguments sont limpides et irréfutables : la situation actuelle ne permet en aucun cas de garantir le principe fondamental d’égalité de traitement et les gymnasien-ne-s sont par ailleurs, comme tout le monde, affecté-e-s profondément par la crise que nous traversons.

Il faut prendre la mesure de l’impact de cette crise et réagir de façon pragmatique : en matière de formation, par la force des choses et malgré la bonne volonté et les heureuses innovations des enseignant-e-s, il s’est agi de plusieurs semaines de distance avec les enseignements bien plus que de semaines d’enseignement à distance.

On ne résout pas une situation de crise avec les remèdes des temps ordinaires : il faut des mesures fortes et exceptionnelles.

Après l’annonce de l’annulation des Epreuves cantonales de référence (ECR) et des examens vaudois de fin de scolarité obligatoire dans le secondaire, la demande commune des Départements cantonaux de la formation de pouvoir annuler les examens de maturité suit le bon chemin. Il faudra s’assurer de la mise en place de cette mesure sur tout le territoire.

Les solutions avancées pour parer à l’annulation des examens et au manque d’évaluations sommatives ne sont cependant pas la panacée. Ne considérer que les notes obtenues jusqu’au 13 mars 2020 pose quelques problèmes. Nous suivrons avec la plus grande attention la question de la « souplesse » prévue pour les « cas-limites » de celles et ceux qui comptaient légitimement avec le semestre en cours pour faire remonter leurs moyennes.

La mobilisation des gymnasien-ne-s et leurs analyses doivent nous inspirer. SUD Education (regroupement des syndicats d’enseignant-e-s de SUD : primaire, secondaire, écoles professionnelles, gymnases) et SUD Etudiant-e-s et Précaires appuient leur démarche et leur font ici part de leur soutien plein et entier.

Un appel national pour des garanties en matière de formation a d’ailleurs été lancé, qui vise à faire se rejoindre la mobilisation des gymnasien-ne-s et celle des autres secteurs et filières de formation (http://www.action-education.ch/fr/).

Gymnasien-ne-s, apprenti-e-s, étudiant-e-s et enseignant-e-s : solidaires face à la crise et dans la mobilisation !

Lausanne, le 27 avril 2020

SUD Education & SUD Etudiant-e-s et Précaires

Comments are closed.