Par 22 décembre 2013

Une manifestation combative pour les bourses!

Nous revendiquons le droit d’étudier et de vivre sans galère !

MANIF_ETUDIANT

La manifestation contre les dégradations des bourses d’études a été un succès malgré le froid et la période. « Vivre et étudier sans galère, des bourses pour le faire ! », « contre la précarité, DÉBOURSEZ ! » ont été scandés par environ 400 personnes au centre-ville de Lausanne.

Le Conseil d’État entendait faire passer cette loi dans le silence, dans la résignation, dans l’impossibilité même pour nous de la critiquer, de proposer des alternatives. Cela fait de nombreuses années que les jeunes en formation n’étaient pas descendu-e-s dans les rues de Lausanne. Cette manifestation marque la détermination de beaucoup à refuser cette subordination.

Cette première étape de la mobilisation fait suite à un intense travail d’information dans les lieux d’étude et d’une coordination large des organisations associatives, syndicales et politiques. Cette manifestation contre les politiques d’austérité et notamment contre le projet de loi qui dégrade les bourses dans le canton de Vaud marque un signal fort aux gouvernements cantonaux et à la Conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon qui doit revoir sa copie. La présence importante et la solidarité des camarades venu-e-s de tous les cantons romands ouvrent des perspectives de lutte commune à l’avenir face à des politiques qui dépassent largement le cadre cantonal.

Nous nous battons pour des bourses qui permettent d’étudier dans des conditions décentes, qui n’enferment pas les étudiant-e-s dans des boulots précarisés, dans des conditions de travail et de salaire au rabais et qui ne pèsent pas sur les familles à revenu moyen ou modeste. Nous luttons contre toutes ces politiques qui multiplient les difficultés, le stress et qui produisent de l’échec.

Celles et ceux qui attaquent les bourses sont les mêmes qui dégradent les salaires, les rentes de retraite, les assurances sociales. La lutte qui est menée aujourd’hui pour les bourses c’est une partie de la lutte pour le droit à l’existence, pour le droit de vivre décemment. C’est le combat pour le salaire minimum à 4000 x 13, celui pour des assurances sociales développées et pour des rentes de retraite améliorées. Enfin c’est la lutte pour la fin de l’état de coupe permanente dans le service public, le bien commun et les droits sociaux.

Etudiant-e-s, jeunes en formations, n’acceptez pas les présentes attaques. N’acceptez pas d’être obligé-e-s de travailler avec des salaires et des conditions de travail dégradées et dégradantes. Défendez vos conditions de travail et d’étude, rejoignez-nous, rejoignez la mobilisation !

Quelques slogans:
Vivre et étudier sans galère, des bourses pour le faire ! // Contre la précarité, déboursez ! //Contre l’échec, pour pouvoir étudier, déboursez ! // Ils veulent nous faire taire, non non non aux bourses de misère ! // Les jeunes s’appauvrissent, et Lyon s’en calisse ! // On est pas des citrons pour le thé de LYON ! // Le conseil d’Etat doit payer, des bourses sans galère, pour vivre et étudier !

Un air :
Anne-Catherine, si tu savais, ta réforme, ta réforme,
Anne-Catherine, si tu savais, ta réforme où on se la met !
Aucu… !, aucu… !, aucune hésitation !
Grève grève grève et manifestation !
C’est ça, c’est ça, c’est ça la solution !

Chanson (sur l’air de « il en faut peu pour être heureux »)
Il en faut peu pour étudier,
si peu qu’on veut tout nous enl’ver.
Il faut se satisfaaaaaire d’une misère.

On nous impooose dès cet hiver,
la fin des aides financières.
Aujourd’hui tous précaires, demain stagiaires!

Il en faut peu pour oublier
la promesse de la gratuité,
l’Uni populaaaaaaaire est une chimère.

On vous remeeeeeercie madame Lyon
d’la part de tous les étudiants
qui bossent et qui galèrent pour leurs patrons!
Luttons, luttons, luttons !

Chanson (sur l’air de la carmagnole)
Dans les bourses ils voulaient tailler, Dans les bourses ils voulaient couper
Ils pariaient sur notre silence, Ils voulaient donc qu’on soit muet,
Mais leur coup a foiré, on n’est pas résigné-e-s

Dansons la carmagnole, vive le son, vive le son
Dansons la carmagnole, déboursez donc, Madame Lyon.

Ils voulaient tout précariser, ils voulaient tout nous enlever
Forfait repas démantelés, on devrait même moins bouffer
Mais leur coup a foiré on n’est pas résigné-e-s

Dansons la carmagnole, vive le son, vive le son
Dansons la carmagnole, faudra payer, Madame Lyon.

Comments are closed.